Le hockey pour les nuls

Par Amélie Delobel

Bonjour à tous les lecteurs de la Rubrique de tout et de rien, 

Tout d’abord, je suis très heureuse de faire cette collaboration avec Mathieu. En espérant que vous allez non seulement aimer les prochains articles, mais également en apprendre davantage sur différents sports ainsi que ligues professionnelles. 

Bonne lecture et merci encore une fois Mathieu pour l’opportunité!

Amélie 🙂

Pour ce premier texte, il allait de soi que le sujet serait notre sport national: le hockey. Vous allez voir, il est plutôt facile de comprendre cette discipline sportive.

L’alignement

Tout d’abord, chaque équipe est composée d’une vingtaine de joueurs, bien souvent de deux gardiens de but, six défenseurs et 12 attaquants. Sur la patinoire, chaque formation a un gardien de but, deux défenseurs et trois attaquants en même temps.

Crédit photo : La Rubrique de tout et de rien

L’objectif? Marquer le plus de buts en 60 minutes de jeu répartis sur trois périodes de 20 minutes. Cependant, c’est un peu plus difficile que ça semble l’être, puisqu’il y a quelques règlements de base.

Les pénalités

Bien évidemment, on ne peut pas faire trébucher l’adversaire pour lui enlever la rondelle, lui frapper les gants ou autres. Si c’est le cas, une pénalité de deux minutes sera décernée au joueur fautif qui ira au banc des pénalités.

Pendant ce temps, son équipe doit se défendre avec un joueur en moins, soit à 4 contre 5 (ou même à 3 contre 5 en cas de deux pénalités rapprochées). Si un filet est marqué avant la fin des deux minutes, la pénalité prend automatiquement fin et le joueur retourne à son banc.

Les dégagements et sorties de zone

Sur une patinoire, vous avez certainement déjà remarqué la ligne rouge au centre, puis une ligne bleue de chaque côté. Du but à la première ligne bleue, il s’agit de la zone défensive, où va se retrouver le gardien.

La ligne rouge se trouve au centre, là où on voit le logo de l’équipe. Les lignes bleues ne sont pas bien loin de là, de chaque côté! – Crédit photo : La Rubrique de tout et de rien

Par la suite, entre les deux lignes bleues, cela s’appelle la zone neutre. C’est là que la majorité de la partie se joue. Finalement, la dernière qui se retrouve de la deuxième ligne bleue et l’autre extrémité de la glace est la zone offensive.

Il y a également deux cercles rouges dans chaque zone ainsi qu’au milieu de la patinoire qui se trouvent à être les cercles de mise en jeu. C’est à cet endroit que la partie reprend après chaque arrêt de jeu (ex. un but ou un avantage numérique) ou au début de chacune des périodes.

Une mise en jeu au centre de la glace – Crédit Photo : La Rubrique de tout et de rien

Le règlement du hors-jeu limite le nombre de passes réalisées puisque la rondelle doit être dans la zone offensive avant tout joueur de l’équipe qui attaque. C’est-à-dire qu’un joueur ne pourrait pas rester « planté » dans la zone offensive en attendant une longue passe.

Pour les dégagements interdits, il faut savoir que l’équipe qui défend ne peut pas dégager la rondelle avant d’avoir franchi la ligue rouge au centre. Sinon, il y a mise au jeu dans son territoire.

Les nombreuses ligues

Il existe un nombre incroyable de ligues de hockey professionnelles partout dans le monde. Cependant, la meilleure ligue se retrouve en Amérique du Nord, soit la LNH ou la Ligue nationale de hockey (NHL en anglais pour National Hockey League).

C’est dans cette ligue qu’on retrouve les Canadiens de Montréal ainsi que 30 autres clubs.

Une 32e organisation rejoindra la LNH très bientôt, soit le Kraken de Seattle.

Il y a eu certains changements avec la situation de la Covid-19, mais en temps normal, parmi les 31 formations, 16 participeront aux séries éliminatoires.

Les séries et la Coupe Stanley

Les équipes qui se qualifient pour séries éliminatoires s’affrontent dans des séries quatre de sept, soit la première formation qui remporte quatre parties. Quand une organisation gagne une série, elle passe ronde suivante.

L’équipe championne, qui aura gagné ses quatre rondes (huitième de finale, quart de finale, demi-finale et finale) met la main sur la Coupe Stanley, un trophée bientôt centenaire (1927).

Le Coupe Stanley, au Temple de la renommée de Toronto – Crédit photo : La Rubrique de tout et de rien

C’est cette Coupe Stanley qu’on attend au Québec et même, au Canada depuis 1993, soit la dernière année victorieuse des Canadiens!

Le 28 septembre, le Lightning de Tampa Bay a remporté la 2e Coupe Stanley de son histoire.

En espérant que vous ayez aimé cet article et que nous vous retrouvions bientôt pour un autre article du Sport pour les nuls, cette fois-ci sur le football (américain).


Amélie Delobel

Plus jeune, Amélie rêvait d’être journaliste sportive. C’est pourquoi elle lancé dès l’âge de 13 ans mon blogue sur le Grand Club, une plateforme du RDS.ca, où elle réalisait des entrevues avec des sportifs de haut niveau. Son parcours s’est poursuivi pour ParlonsJunior.com (2013-2016), où elle a couvert le Phoenix de Sherbrooke et les Remparts de Québec. Elle également été la voix des Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy (au niveau collégial) de 2016 à 2020.

Amélie est aussi derrière le podcast Athlètes-Entrepreneurs, qui lui permet de rejoindre ses deux grandes passions, soit le sport et l’entrepreneuriat.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s