3 questions à une amie « Zéro Déchet »

Bonjour tout le monde!

Mardi dernier, je vous parlais de ma perception du Zéro Déchet, mode de vie que je trouve intéressant, quoique parfois difficile à appliquer…

J’ai décidé de poser 3 questions à mon amie Carolane (Merci Caro!!) qui applique plusieurs principes zéro déchet depuis l’été dernier!

Quelle est ta définition du zéro déchet?

Carolane: Pour moi, c’est un mode de vie basé sur le respect. C’est d’abord respecter notre planète en réduisant nos déchets au minimum. C’est également se respecter comme individu. En réduisant l’utilisation du plastique, en prenant le temps de cuisiner un peu, de consommer moins de produits transformés (ou pas du tout), de lire la liste d’ingrédients des produits de beauté et des produits nettoyants avant de les acheter, c’est prendre soin de soi finalement. C’est aussi choisir de vivre avec moins; désencombrer sans se priver pour autant.

garbage-2729608_1920
Photo: RitaE

Pourquoi essayer d’être zéro déchet?

Carolane: Je suis d’abord tombée par hasard sur des articles portant sur le minimalisme et les idées m’interpelaient déjà beaucoup. De fil en aiguille, j’ai entendu parler du mode vie zéro déchet pour finalement amorcer la lecture de l’ouvrage de Béa Johnson.

Les prises de conscience étaient si grandes que je ne pouvais plus revenir en arrière. Impossible ! Puisque les gestes à poser pour réduire sont très simples pour la plupart, j’ai adopté le mode de vie. Si tout le monde savait à quel point certaines habitudes ne demandent pas tellement d’adaptation, il ne serait pas question d’un mode de vie, mais seulement du gros bon sens!

Peux-tu nous donner quelques exemples de trucs faciles à faire et de trucs que tu trouves plus difficiles?

Carolane: Il faut garder en tête que le mode de vie zéro déchet est un processus. Ce n’est pas tout le monde qui a le même défi !

« On ne jette pas une mauvaise habitude par la fenêtre. Il faut lui faire descendre graduellement les escaliers avant de la faire sortir de notre vie complètement. » – Dr. Wayne Dyer

Les trucs faciles
  • Acheter des sacs en filets pour les fruits et légumes à l’épicerie. Si l’utilisation de sacs réutilisables est déjà une habitude, super ! Tu ajoutes des sacs en filet. Juste comme ça, tu évites facilement de cinq à dix sacs de plastique par épicerie.
  • Apporter une gourde d’eau que tu remplis au lieu d’acheter des bouteilles d’eau ou de jus. L’occasion d’économiser et t’éviter des calories vides d’un jus ou d’une boisson gazeuse.
  • Lorsque ce n’est possible d’acheter en vrac, prioriser les gros formats. Par exemple, le fromage, le yogourt et la viande.
  • Aller faire son épicerie en vrac avec des pots. Ça semble être une science occulte et particulière, mais il faut juste prévoir un sac réutilisable avec des contenants. Pas besoin d’acheter des pots! Un des principes du zéro déchet c’est justement de réutiliser ce qu’on a. Alors depuis, mon conjoint et moi gardons les pots de sauce et de confiture en verre qu’on réutilise pour nos achats en vrac.
zero-waste-3749854_1920
Photo: FitNishMedia
Le truc difficile

Ce qui est moins évident, c’est d’abord le fait d’être une des seules personnes de mon entourage qui a adopté ce mode de vie, mais c’est surtout de constater le déni des proches par rapport à leurs habitudes de consommation.

Par exemple, après avoir discuté de l’environnement, cette personne manifeste le désir de changer ses habitudes au quotidien… Je me dis, wow ! Parfait et je l’encourage en ce sens. Enfin… Quelques heures plus tard, j’accompagne cette charmante personne à l’épicerie (nous avions pris sa voiture, donc je n’avais pas mes sacs réutilisables avec moi). Avec effroi, celle-ci a emballé TOUS les fruits et légumes dans des petits sacs de plastique et elle demande même à la caissière d’emballer le tout dans plusieurs sacs de plastique à la caisse ! Même un sac de blé d’Inde qui est exactement du même volume que le sac à la caisse… Enfin, quand ça arrive, je respire calmement et je me dis qu’au moins, je fais ma part et lorsque c’est possible je montre l’exemple. Je tiens à préciser que la personne de cette histoire est une personne fabuleuse, mais qui, comme beaucoup de gens, vit dans le déni.

shopping-874974_1920
Photo: cocoparisienne

Ces situations sont source de bien des maux de tête au début, car ça me décourageait de voir mes efforts quotidiens s’envoler en fumée par l’inaction de quelqu’un. Cependant, il faut être patient. Je peux vous assurer qu’avec le temps, c’est beaucoup moins pénible et les gens de votre entourage (qui tiennent à vous) finissent par vous demander des trucs et même à les adopter (comme un certain rédacteur de La Rubrique de tout et de rien!).

Finalement, si nous voulons changer les choses, il faut être ce changement (oui je cite Gandhi, j’ai osé !). Ça commence par une ou deux habitudes très simples pour finir par en intégrer le plus possible ; après tout, il faut se respecter dans cette démarche pour mettre en place des changements durables!

Suggestion lecture de notre invitée: Zéro déchet par Béa Johnson

20140323-Livre-001-670x370
Zéro Déchet par Béa Johnson/ Éditions Transcontinental. Source: planetaddict.com

2 réflexions sur “3 questions à une amie « Zéro Déchet »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s